Les médecins ont-ils tué la Société Française de Parasitologie?

Posté par Timothée le 21 Mar 2008 dans 6 commentaires

L’autre jour, un chercheur de passage au labo — et pas des moindres — nous faisait la remarque, au moment de partir, que les médecins avaient tué la Société Française de Parasitologie. Comment ça?

C’est un fait que les médecins ont tendance à s’infiltrer partout, sournoisement, tel des radis. Parce que quand on réfléchit à ce qu’est la médecine, on arrive à un constat tout simple : c’est l’application de la recherche en amont (il y a bien sûr de la recherche en médecine, mais c’est mineur). Et donc, on a une sorte de gros entonnoir qui va de disciplines très variées vers les médecins, qui appliquent les connaissances.

Le problème, c’est qu’on a depuis quelques temps un courant en sens inverse : les médecins s’invitent un peu partout dans les sociétés scientifiques (en biologie surtout), et dans les journaux, alors qu’ils ont grandement de quoi faire dans leur branche. Et c’est dommage, parce que cette situation tend à éroder incroyablement la diversité des sujets dans certaines disciplines (j’en parlai avec un ami l’autre jour, qui me disait qu’il avait l’impression d’être en Master “Polyarthrite rhumatoïde”…).

Alors qu’on craint un pilotage de la recherche, j’ai l’impression qu’il faudrait considérer une chose toute simple : plus on met de médecins partout, plus on dirige les esprits vers des sujets médicaux, et plus on à tendance à — non pas délaisser — marginaliser une partie des sujets plus théoriques. La parasitologie, par exemple, n’est pas seulement l’étude de Plasmodium falciparum. On peut aussi faire de l’écologie fondamentale, et de l’évolution.

Finalement, j’aimerai assez qu’on arrive à accepter une sorte de NOMA interdisciplinaire : que les médecins utilisent les avancées de la recherche, s’en tiennent informés, y collaborent est totalement louable (bénéfique, normal, etc). Mais que des domaines entier se polarisent vers leur côté médical, j’ai plus de mal à l’accepter…

Je ne préconise pas pour autant qu’on expulse manu militari les médecins, mais qu’on sache garder les proportions. La recherche en biologie a d’après moi d’autres vocations que de servir la médecine.

Note: C’est la folie en ce moment… Pas de gros billets à prévoir avant une semaine, à moins d’une accalmie imprévue… On peut toujours rêver…

Timothée is
| All posts by Timothée

6 commentaires

» Flux RSS des commentaires
  1. C’est comique. Quand un physicien pousse un peu les biologistes sur la touche, qu’est-ce qu’on entend. J’aimerais bione entendre l’avis des médecins sur ces propos.

    A titre personnel : je trouve que les médecins sont ‘excellents interlocuteurs, ils sont beaucoup plus ouverts que les chercheurds. Sans doute le contact avec le réel, le pragmatisme, le vécu de la souffrance d’autrui etc. leur ouvre l’esprit

    vf

  2. J’ai l’impression que vous n’avez pas compris grand chose…

    Je déplore juste que les médecins aient une place trop importante dans certaines sociétés/congrès alors qu’ils ont déjà largement de quoi faire ailleurs (je viens de le constater une fois de plus il y a moins de 3 minutes).

    C’est beau, cette image des chercheurs acariâtres enfermés dans leur tour d’ivoire que vous avez… Ce n’est pas parce que certains ont été justement critiques vis à vis de votre théorie que tous les chercheurs sont inhumains…

  3. ah, j’ai peut-être pas compris, est-ce que c’était de l’humour? Est-ce que vous êtes capable de vous mettre à la place d’un médecin qui lirait ça?

    Est-ce que vous employez des mots comme “sournoisement” en sachant ce qu’ils signifient?

    “C’est un fait que les médecins ont tendance à s’infiltrer partout, sournoisement, tel des radis. ”

    est-ce que ça c’est de l’humour au second degré, vraiment? Si oui, d’accord, j’ai pas compris. Désolé, je suppose et espère que vos lecteurs auront compris, ce doit être un problème générationnel.

    Mon sentiment est que ce n’est pas très normal, d’écrire des propos comme ça, sur des blogs, et après de minimiser. C’est mon avis. Désolé que ça vous déplaise.

    “Ce n’est pas parce que certains ont été justement critiques vis à vis de votre théorie que tous les chercheurs sont inhumains…”

    ça s’appelle un procès d’intentions.

    Pas grave.

  4. Oui, c’était de l’humour au second degré… D’où le “tel des radis”, d’ailleurs, pour bien appuyer le fait que je n’ai pas cru un seul instant en mon “sournoisement” (mais promis, je préviens la prochaine fois que je fais de l’esprit).

    Je vous remercie de vous enquérir de mon vocabulaire, j’apprécie vraiment toutes ces petites attentions de votre part…

    Du moins je pense que je l’apprécierai plus s’il n’y avait cette histoire de “problème générationnel”. Une tentative de me faire passer pour une jeune pousse? J’en ai l’habitude (et je le vis bien…). Pas très glorieux comme technique, mais bon…

  5. ouh là, c’e’st pas ça du tout.
    c’est moi, qui me vois en vieux con.
    Vous voyez, c’est pourri, l’internet etc es blogds. kles gens comprennent le contraire de ce qu’on veut dire.
    C4est triste

  6. Hello,

    Je ne connais pas très bien la parasitologie “française” mais j’ai vu ton billet comme un petit coup de gueule contre le tout-médical en vogue dans cette Société savante - cela se constate un peu partout d’ailleurs.

    Toujours dur pour les personnes un peu en dehors de ces approches médicales qui ont forcément le vent en poupe ! On peut se sentir “exclu” de sa propre maison, je comprends …

Commenter


Sitemap