A quoi ça sert?

Posté par Timothée le 24 October 2007 | ,

C’est une scène que toute personne qui fait “partie de la maison” connaît. Vous êtes à un repas de famille, et s’attendant à une réponse courte et circonstanciée, un lointain parent vous demande ce que vous faites dans la vie. Et vous voilà parti (modulo les détails propres à chacun) dans un long discours sur le problème de l’allocation d’énergie, l’immunoécologie, les problèmes de l’espèce chez les parasites, en essayant de garder ça le plus simple et accessible possible. Tout ça c’est bien beau, mais un peu abscons pour ceux qui ne sont pas branché science, et finit par tomber la question fatidique: A quoi ça sert?

On peut avoir une réaction de vierge effarouchée, et se fendre d’une longue tirade agressive sur le fait que la recherche fondamentale se justifie par elle même, que nous oeuvrons a augmenter les connaissances de l’humanité entière, et continuer ainsi ad nauseam. Mais on peut faire le choix “inverse”, et se poser réellement la question: quels sont les intérêts de la recherche.

Et plutôt que de chercher les intérêts de son petit travail personnel, est-ce qu’on ne pourrait pas chercher des intérêts plus vastes, commun à toute recherche? Si je pose la question, c’est forcément que j’ai une idée sur le sujet. En essayant de voir “ce qu’on peut faire” avec des résultats, j’ai essayé de tirer des grandes tendances. J’en suis arrivé à isoler trois thèmes plus ou moins marqués.

Le premier est bien évidemment l’aspect académique. On fait de la recherche pour connaître (ou encore mieux, pour comprendre!), pour répondre a des questions. On cherche a mettre à jour des mécanismes, à clarifier les interactions au sein d’un système, a découvrir des processus. C’est la partie qui semble la moins intéressante au “profane” (avouez que vous non plus, vous ne voyez pas forcément l’intérêt immédiat de ce que fait quelqu’un du département à côté).

Le deuxième, c’est celui auquel on pense le plus, est l’intérêt applicatif. J’ai un résultat, je l’exploite. Retombées industrielles, médicaments, nouvelles technologies. En comprenant mieux la biologie des poissons (un journal, le bien nommé Journal of Fish Biology est consacré à ce sujet), on peut aider à faire progresser les techniques en aquaculture. En étudiant la manière dont les animaux accumulent les métaux lourds, on peut mesurer la pollution. Et les exemples sont multipliables à l’infini.

Reste le troisième point, donc. C’est ce que j’appelle l’aspect prédictif. Autrement dit: une fois qu’on a compris comment les choses se passaient, est-ce qu’on peut mettre au point des modèles pour ne pas être pris totalement au dépourvu? Exemple type: les maladies émergentes, les changements globaux. La science peut aider, sinon à voir l’avenir, au moins à prévoir quelles suites sont possibles.

Une fois arrivé ici, le plus dur reste à faire. Faire comprendre que tout est une histoire de travail collectif. Que pour comprendre les mécanismes qui interviennent dans le cancer, il faut travailler sur le cycle cellulaire chez la levure. Certes, “le” remède ne viendra pas de ce travail sur la levure, mais si il n’est pas effectué, il est possible que “le” remède ne vienne pas du tout. Idem pour tous les autres “plans” à la mode en ce moment.

Pour éviter de rendre votre réponse inintéressante, donc, accordez vous une petite seconde de réflexion, et essayer de voir comment vous pouvez vous caser dans les trois catégories ci-dessus (on vient de m’informer que ça vaut aussi, à plus grande échelle, pour trouver du budget…). Et puis sinon? Racontez des anecdotes de labo, ou un détail bien gore de votre domaine (la transmission des oxyures…), ça passera aussi bien.

Partagez : These icons link to social bookmarking sites where readers can share and discover new web pages.
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google
  • blogmarks
  • BlogMemes Fr
  • StumbleUpon
  • Technorati
  • TwitThis
  • connotea
  • Live
  • Reddit
  • Scoopeo
  • Slashdot

6 réponses pour le moment

6 réponses à “A quoi ça sert?”

  1. halalala, le problème auquel on fait tous face… Selon mon interlocuteur (qui va du provocateur à l’ingénu en passant par le simple curieux), j’adapte mon discours en variant les plaisirs: implications médicales, compréhension du vivant, ou potentiel rigolo.

    je ne vois pas très bien la différence entre les points 1 et 3. En effet, comprendre un mécanisme, c’est pouvoir le transposer dans un contexte légèrement différent. D’ailleurs, l’immense majorité des scientifiques qui travaille sur un organisme modèle ne pensent pas autrement. Comme dit Sydney Brenner pour critiquer le séquençage à tout va, “science is about prediction”. Pour reprendre ton exemple de la levure, les scientifiques qui travaillaient dessus ont depuis le début fait l’hypothèse fructueuse que “ce aqui est vrai pour la levure est vrai pour l’homme”, donc que ce qu’on apprendrait de son cycle cellulaire servirait à prédire le même mécanisme chez l’homme.

    Donc voilà, le seul point n°3 que j’arrive à dégager franchement des deux autres, c’est “ça sert à m’amuser”.

    26 Oct 2007 à 1:28 am

  2. blop

    C’est l’avantage de bosser sur les neurones. Quand on me demande “A quoi ca sert ?”, je peux repondre “Les neurones ? Naaaan a rien, t’inquiete pas…”

    26 Oct 2007 à 4:06 pm

  3. Timothée

    Si je devais décerner le prix du commentaire qui m’a le plus fait rire… t’aurais tes chances ^^

    26 Oct 2007 à 4:24 pm

  4. Comme j’ai plus de chance de recevoir cette question que de gagner un IgNobel, j’ai ma reponse toute prete

    La Physique (a remplacer par votre discipline absconse préférée) c’est comme le Sexe. Ca peut avoir des résultats tangibles, mais le plus souvent, ce n’est pas pour cela qu’on le fait.

    Feynman.

    27 Oct 2007 à 1:08 am

  5. @ blop : pas si marrant que ça ton commentaire. Le scientifique qui se fout de la gueule du profane, je ne trouve pas ça très intelligent.

    27 Oct 2007 à 11:09 am

  6. Timothée

    @Fulmar : Le sujet même de l’étude de blop fait que cette réponse est assez tentante…

    27 Oct 2007 à 1:57 pm

Trackback URI | Comments RSS

Commentez !

Sitemap