Laissez les dire!

Posté par Timothée le 21 Oct 2007 dans , , , , 11 commentaires

J’ai, ces derniers temps (et cette réaction sur le tard n’est liée qu’à de légères contraintes études-dépendantes), quelques problèmes par rapport aux réactions violentes de certaines institutions suite aux non moins violents débordements de leurs chercheurs. J’apprend, puisque William Dembski en a fait grand bruit, que le site de Robert Marks (partisan du dessin intelligent) a été supprimé par son université. Après un passage par le blog d’OldCola (enfin l’un d’entre eux, ce mec fait la moitié du trafic sur wordpress.com à lui seul!), je suis forcé d’ajouter à cette liste le site de Vincent Fleury. Et puis finalement, on vient de m’annoncer que Watson est suspendu.

Avant toute chose, un disclaimer. Je suis profondément opposé au dessein intelligent, et si on me demande, c’est une des pires conneries à laquelle nous ayons à faire face en ce moment, juste après le déni des causes anthropiques du changement global. Je n’ai pas les connaissances en physique nécessaire pour apprécier la théorie de Vincent Fleury, mais ce que je sais de la génétique du développement, et ce que j’ai lu de son application de sa théorie à l’évolution ne m’encouragent pas à le soutenir. Quand à Watson, je conspue évidement ces dérives, et je suis particulièrement déprimé de voir qu’un des fondateurs de la biologie moderne en est arrivé à ce niveau de stupidité profonde.

Oui mais, de la a pratiquer la censure? Il y a un monde! Et j’en veux énormément a ceux qui ont pris la décision de cacher ces informations, ou se sont détachés de ceux dont elles émanent. Parce que ces pratiques ne sont pas celles que j’attend de membres de la communauté scientifique. Pour réfuter une idée, on avance des preuves, on fait des expériences. On laisse parler les pipettes, et on trouve ce qu’il en est. On se rappelle des sages paroles de Robert Shapiro: La science ne fonctionne pas à coups de consensus ou de condamnations: elle se nourrit d’éxperiences. Mais en aucun cas on ne censure!

Car masquer les informations de cette manière, enfonçons si vous le voulez bien quelques portes ouvertes, ce sont des pratiques indignes. Ce sont des pratiques totalitaires. Ca ne fait que créer une des choses qui me semblent être les plus dangereuses pour la Science (notez le grand S): un faux consensus. Un consensus “par défaut”, après avoir éliminé toutes les voix discordantes (quand bien même l’origine de cette discorde serait le fondamentalisme, une vision raciste du monde, ou des délires métaphysiques qui me sont décidément opaques).

Et d’ailleurs, les partisans du dessein intelligent eux-même ne font pas autre chose que de créer de faux consensus (cf. ma prose à paraître dans Science Creative Quarterly). Quoique les raisons qui les poussent à le faire sont à mon avis bien différentes de celles qui ont amené Watson a être désavoué. Si une minorité dissidente choisit de supprimer les remarques de ses opposants, c’est pour maintenir l’illusion du consensus. Quand on choisit de “supprimer” (en lui ôtant son poste, en retirant son site internet) un scientifique, j’ai l’intuition qu’on cherche a maintenir la respectabilité de la communauté. Oui, il a fauté, mais nous on est resté dans le droit chemin, et on le répudie, ou quelque chose de ce genre.

Certes, il est primordial de se démarquer de ceux qui profitent de leur légitimité pour faire passer des idées “condamnables” (encore un fois, le fait qu’une idée soit condamnable dépend du consensus). Mais quoi. La censure? Jamais! J’ai du mal à concevoir comment on peut choisir d’éviter la confrontation de cette manière, alors même qu’on a une chance d’entretenir un débat et de sensibiliser la société civile. Que se passera-t-il quand Paul Reiter s’exprimera sur le réchauffement climatique? On arrêtera son programme à l’Institut Pasteur? J’ose espérer que non.

Quelle est la meilleure ligne de conduite à avoir, alors, si on ne muselle pas l’information? D’après moi, la réaction de l’université de Lehigh sur les idées de Mike Behe (traduite par votre serviteur) est de loin la plus judicieuse.

Bien que nous respections le droit qu’a le Pr. Behe d’exprimer ses points de vue, ils restent les siens et ne sont en aucun cas soutenus par le département. Notre position collective est que le Dessein Intelligent ne bénéficie d’aucune base en science, n’a pas été testé de manière expérimentale, et ne doit pas être considéré comme scientifique.

Un camouflet en règle, qui en deux phrases marque très clairement le désaveu de la communauté scientifique (donc l’isolement du défenseur de la théorie incriminée) et la distance qui existe entre cette théorie et ce que la science (en tant qu’ensemble de résultats) nous permet d’en dire. C’est ce type de réaction que j’aurais aimé voir dans les cas mentionnés.

Ca vous paraît simple de faire ça? Et pourtant. Cette réaction impose un coût en terme d’image: l’institution reconnaît qu’elle abrite en son sein une personne qu’elle ne peut pas soutenir. Le simple fait de dire attention, vous lisez des opinions personnelles dénuées de fondement scientifique et ne jouissant d’aucun soutien c’est tirer un trait définitif sur le sacro-saint consensus (c’est un mythe qui a la peau particulièrement dure…). C’est dire que oui, il existe au sein de la communauté scientifique des personnes capables de détourner la science pour soutenir une idéologie personnelle. C’est, quelque part, un constat d’échec.

Finalement, à l’heure ou la science et les scientifique bénéficient d’une côte de popularité proche de zéro, qu’est-ce qui est pire? Passer aux yeux du public pour une institution ou tout le monde est libre de raconter ce qui lui passe par la tête, ou alors jouer les censeurs? C’est à ce sens que ce qui est arrivé à Watson me semble être le moins condamnable. Il y a faute, il y a sanction. Arpad Putzaï a vécu la même chose. Et tant que la sanction ne sera pas motivée par une idéologie personnelle (ce qui serait la situation inverse de celle décrite), le renvoi me paraîtra la “moins pire” des méthodes. Ou plus exactement, la pire, exception faite de toutes les autres.

Et maintenant? Que va-t-il se passer? Ces gens privés de moyen d’expression vont-ils chercher un recours? Je le souhaite. Le fait que nous ne soyons pas d’accord avec leurs idées ne nous donne pas de droit à la censure (tant qu’elles ne versent pas dans l’odieux, et c’est malheureusement le cas de Watson — je ne ferai rien pour sa défense), mais devrait au contraire nous inciter à prouver leur erreur. Peut on imaginer Vincent Fleury lançant une pétition pour le rétablissement de son site internet? Je l’espère. Je suis prêt a la signer. Je suis prêt à descendre avec dans la rue et dans les laboratoires chercher des signatures. Oh et puis après tout… Je suis même prêt à l’écrire.

Timothée is
| All posts by Timothée

11 commentaires

» Flux RSS des commentaires
  1. J’ajoute les liens qui manquent pour (tout) comprendre : les cas de censure rapportés par Oldcola et l’affaire Watson racontée sur le Bactérioblog.

  2. Mauvaise manip’ : les cas de censure rapportés par Oldcola…

  3. Je tombe complètement des nues : pourquoi le site de Vincent Fleury a-t-il été censuré ?
    Certes, VF dit ce qu’il pense, certes, ses théories sont originales, mais elles sont totalement scientifiques, il écrit et publie des livres et des papiers complètement cohérents. C’est complètement délirant cette histoire !
    [PS : d’un point de vue physique, pour moi, il n’y a rien à reprocher à ses théories. Après, on peut discuter -moi le premier- ses interprétations biologiques - mais cela reste de la science ! Je suis extrêmement choqué.]

  4. Merci Enro (billet écrit hors ligne et posté un peu à l’arrache de chez un voisin, parce que plus de connexion chez moi depuis 1 mois)

  5. Vincent Fleury, c’est son site perso sur le serveur de l’Université de Rennes 1 qui a été censuré ?

  6. Oui Fulmar, C’est son espace perso mis à disposition par l’Université de Rennes, sous la responsabilité du GMCM si je comprends bien.

    Me sachant pour quelque chose, sinon pour beaucoup, à l’origine de ce mouvement, je lui ai proposé de remettre en ligne son matériel sur un blog personnel qui l’attend déjà. vincentfleury.wordpress.com
    Il n’a pas donné suite à cette proposition. l ne reste plus qu’une présentation faite à Namur en 2005 de disponible sur le site.

    Tom,
    je suis absolument opposé à appeler une théorie scientifique si elle n’est pas basée sur de l’expérimentation pour prouver valides les hypothèses qui la composent. Et je ne trouve pas particulièrement décent de présenter une théorie en vulgarisation en disant qu’elle est publiée dans des revues scientifiques, quand même l’éditeur en chef de l’une des revues et à propos de l’un des articles admet volontiers qu’il ne s’agit que d’un modèle sans support expérimental.
    Avant de discuter les interprétations biologiques il convient de s’assurer de l’adéquation avec la réalité physique des objets biologiques. Non ?

  7. C’est une dérive du “tout expérimental”, non? La science c’est aussi (sauf erreur) du travail d’imagination et de modélisation…

    Je dis peut-être ça parce que je suis confronté à une discipline qui a beaucoup de modèles (publiés) et qui cherche les preuves a posteriori, mais le critère de la paillasse ne me semble pas recevable.

    Je le vois plutôt au contraire comme un premier pas avant de lancer des expérimentations…

  8. A la place de Fleury, je n’aurai pas répondu non plus à cette invitation wordpress : de un, tu as déjà contribué à le censurer, de deux, tu as créé ce nouveau blog, tu as donc les pleins pouvoirs pour le censurer de nouveau. Son silence se comprend totalement. je dis ça de manière extérieure par commentaire, sans jugement de personne, même si je désapprouve la censure qui lui est faite.

    oldcola, quel est ton niveau scientifique te permettant de réagir ainsi à Fleury ?

  9. Non, Timothée, les hypothèses de travail et les modélisations théoriques sont les bien venues. C’est comme ça que le “jeu” commence toujours.
    Mais une théorie scientifique se doit de s’appuyer sur plusieurs telles hypothèses nulles testées et non invalidées. Dans le cas particulier du Elasto-Plastic Model of Avian Gastrulation, Fleury lui même avoue ne pas avoir testé expérimentalement, mais il soutient qu’il a une “théorie”, pas une hypothèse. Même pas une thèse si on se tient aux définitions.
    Son interprétation du bauplan des tétrapodes en au point de manquer de jambes pour l’instant, devant l’impossibilité de l’auteur de montrer des images des mouvements cellulaires qu’il pense être à l’origine des bourgeons des membres postérieurs.

    A ce stade d’hypothèse on ne parle pas de théorie scientifique, IMO.

    Fulmar, je suis biologiste moléculaire, docteur ès sciences. Je ne vois absolument pas ce que mes qualifications ont a faire quand même. Les arguments ex cathedra ne sont pas mon ordinaire.
    Quand on pose une question à une personne qui défend une “théorie” elle doit être capable d’y répondre et peu importe qui la pose. C’est la qualité de la question qui compte.

    Les clés d’un blog passent très facilement de l’un à l’autre. Tu aurais eu tort de ne pas répondre à une telle invit. Il suffit au nouvel administrateur de jeter l’ancien en un clic. Et l’ancien n’y a plus aucun droit au blog autrement qu’en passant qui commente.

    Je souhaite ardemment qu’il puisse s’exprimer sur son blog, librement, pour qu’il me foute la paix. Sans blagues.

  10. […] de votre serviteur, avec quelques pincées d’Enro dedans — sur ce sujet, et sur d’autres. Stay tuned ! Tags : Alain Finkielkraut, Censure, Ecole, Education, Internet, Médiation […]

  11. Oldcola, les pistoléros du net sont fréquents, votre acharnement m’a fait poser cette question. Un pseudo a ses limites, difficile de savoir qui fait quoi dans la réalité. Et je n’aurai pas apprécié qu’une personne sans compétence scientifique s’amuse à discréditer un chercheur.

Commenter


Sitemap