La pseudo-science est-elle plus performante en matière de communication?

Posté par Timothée le 27 September 2007 | , ,

La multiplication des supports de diffusion de l’information (blogs, flux RSS, et wikis en tête) et l’intertextualité rend toute information beaucoup plus accessible. A tel point que les cas de redondance sont de plus en plus nombreux. Il est donc légitime de chercher a trier, dans la masse, les informations pertinentes, qui méritent qu’on s’y arrêtent, et surtout sur lesquelles on peut s’appuyer, parce qu’on sait qu’elles ont peut de chances d’être erronées. Cette quête de l’”information juste” possède aussi ses dangers: il est possible de faire passer une information comme étant exacte en lui donnant toutes les apparences d’une vérité scientifique.

La plupart des informations se propagent sur le web via de nouveaux outils de communication: blogs, flux RSS, et autres. Les possibilités de s’échanger les contenus (licence creative commons, indexation, sites type Wikio, NetVibes, plate-forme grégarus comme celle utilisée par le c@fé des sciences, widgets pour lire les flux RSS, et autres) sont nombreuses, et on assiste effectivement a une duplication de l’information.

On assiste a une uniformisation des contenus assez effarante. Sur les sites de News (Digg, Fuzz, Wikio, et autres), il n’est pas rare de trouver la même information (le même contenu, souvent au mot près) reprise 5 à 10 fois. Le nombre d’informations (en tant que “faits”) disponible pour un lecteur est donc, finalement, assez réduit.

Cette uniformisation du contenu disponible peut finir par donner l’impression d’un consensus sur certains faits. Si la pédagogie est une question de répétition (ce que je ne crois pas, soit dit en passant), alors nous finissons par “apprendre” ces faits qui nous sont rebattus. L’effet pervers de ces répétitions est évident: si une information est reprise dix fois, elle est très visible, et acquiert plus de légitimité qu’une information n’apparaissant qu’une seule fois. Rien n’est officiel tant que CNN ne l’a pas annoncé, en quelque sorte.

De fait, on assiste progressivement a une érosion de la quantité totale d’informations disponibles pour le lecteur. Si en terme de masse, le “nombre de lignes” à lire ne varie pas beaucoup, la diversité diminue dangereusement. A tel point que cette situation finit par sembler normale aux lecteurs. Et plus encore, une information qui se retrouve isolée semble tout de suite plus suspecte qu’une information à large diffusion. D’où, finalement, une nécessité de “valider” l’information, d’asseoir sa crédibilité aux yeux du lectorat.

La question principale qu’il convient de se poser face à une information nouvelle est, bien évidemment, “de qui provient-elle?”. La multiplication des possibilités de s’exprimer sur internet (ce que je trouve absolument bénéfique, mais non sans dangers) conduit tout le monde à pouvoir exprimer ses opinions et sa vision des choses. Et concernant l’information scientifique, Bug girl’s se posait l’autre jour une question fondamentale : Internet va-t-il causer notre perte à tous?

Effectivement, chacun est maintenant en mesure de devenir une source d’information, sans avoir à fournir un effort trop important, puisque l’aspect “technique” de la publication sur internet est grandement facilité (un blog chez WordPress demande au maximum 10 minutes pour être pleinement opérationnel). Comme ce qui était annoncé sur Affordance, le RSS contribue à l’établissement d’une logique de noeuds, ou celui qui distribue l’information possède le pouvoir. Puisque son statut d’informateur lui confère une certaine autorité.

Il est donc logique de voir émerger un mouvement de défiance de la part du public, qui sous la masse d’informations qui lui est proposé, va chercher à faire le tri. Or, pour faire le tri, si tout le monde a la même possibilité de diffuser l’information, il va falloir se tourner vers ceux “qui savent”, les “experts” du domaine. Et de fait, de plus en plus de blogs mettent en avant leurs rédacteurs et leur parcours (euh… moi le premier). Il y a cependant quelque chose de beaucoup plus important, d’après mes observations, que la personne qui communique l’information: la manière dont cette information est présentée.

Au cours des dernières semaines, j’ai demandé à des personnes plus ou moins proches de moi de se prêter à un petit jeu très rapide. J’avais préparé deux textes “scientifiques” à leur faire lire (environ deux paragraphes chacun). Le premier était un extrait de la conclusion d’un de mes anciens compte-rendu de TP, auquel j’ai rapidement rajouté quelques références (pas forcément pertinentes, mais globalement en rapport avec le sujet). Le deuxième était un extrait d’une comparaison de deux articles que j’avais rendu l’année dernière, sur la formation d’agrégats, qui au contraire ne contenait pas une seul référence. J’ai apporté quelques modifications aux deux textes.

J’ai largement complexifié le style du premier, utilisé des phrases complexes, et plus important encore, introduit une erreur factuelle importante. Dans le second, qui était “exact”, j’avais au contraire simplifié au maximum la syntaxe. La question que j’ai posé est la suivante: lequel de ces deux textes semble le plus digne de confiance? Mon échantillon n’est pas forcément représentatif (une vingt-cinquaine de personnes), j’aurais pu augmenter le N (OMG geekness!), mais à deux exceptions près, c’est mon texte “bien présenté” qui a obtenu le meilleur accueil.

Il y a probablement une leçon a tirer de tout ça. Dans la masse d’informations qui circulent, si l’une d’entre elles possède les signes “distinctifs” de la “vérité scientifique”, elle risque fort de recueillir un accueil favorable du public. Oui mais voilà, il reste des cas ou ça ressemble à de la science, mais ce n’est pas de la science du tout.

Après la description du phénomène, une approche du mécanisme? A mon avis, la plupart des lecteurs confrontés a une information “scientifique” pensent qu’ils ne sont pas nécessairement aptes à juger de son exactitude, et vont donc chercher des points de repère. La qualité du rédacteur, mais aussi les références, l’ancrage de ce résultat dans un contexte plus vaste. Pour que la communication scientifique soit bien reçue, il semble donc important de ne pas “isoler” ce que l’on présente, mais bien de s’appuyer au maximum sur d’autres faits (ce qui est une norme dans l’écriture scientifique va t’il devenir une norme dans la vulgarisation?).

On peut, au passage, saluer des initiatives louables d’explication d’une méthode de lecture des articles scientifiques à l’usage de personnes qui n’ont pas forcément de background en sciences. Combiné au mouvement d’open access, ce genre d’initiative est louable.

Oui mais voilà, ce dont je parle ici, d’autres l’ont compris depuis bien longtemps, et l’utilisent pour faire passer leur vision du monde. Ce qu’ils font n’est pas de la science, n’a ni légitimité ni valeur aux yeux de la plupart des scientifiques, mais en lui donnant les aspects de la science, ça finit par passer. Vous voyez de qui je veux parler, bien évidemment. Je précise tout de suite que je ne tape pas sur les partisans du Dessein Intelligent par pur plaisir (quoique, à la longue…), mais bien parce qu’ils me semblent être ceux qui incarnent le mieux l’utilisation de la pseudo-science.

Une analyse de leurs agissements a été faite par Enro, je vous conseille de vous y reporter. On peut notamment signaler la création d’une Graduate School au sein de l’Institute for Creation Research, et les activités de publication du Discovery Institute. Tout ce que j’ai pu lire sur leurs sites, ou sur les blogs (notamment celui du couple terrible Dembski / O’Leary) me rappelle cette sortie du biologiste soviétique Sisakahn en 1954, à propos des travaux de Tomas Hunt Morgan : Il ne peut empêcher que son seul objectif, en jonglant avec les mots, soit de camoufler l’essence idéaliste de sa doctrine et de couvrir un idéalisme cru d’une sauce scientifique.

Car jongler avec les mots, les pseudo-scientifiques savent le faire. En mêlant au débat sur les faits des concepts pas forcément liés, mais qui impressionnent, ils se donnent un aura de culture, de spiritualité, qui assied encore leur autorité. Même quand ces concepts sont finalement éculés: l’idéologie matérialiste de Dembski (à mon avis à opposer au spiritualisme) qui est responsable de la corruption de l’étude des sciences biologiques ne résonne t’elle pas avec le matérialisme dialectique de Lyssenko, qu’il utilisa en son temps pour s’opposer… au néo-Darwinisme et aux théories sur l’hérédité? Le Dessein Intelligent est un exemple de ce qu’on appelle un Lyssenkisme (et ce concept reste son seul apport à la science): une théorie scientifique qui ne s’appuie que sur une idéologie.

Le débat permanent entre évolutionnistes et partisans du Dessein Intelligent et autres créationnistes de tout poil (on pourra arguer que le Dessein Intelligent, et Denyse O’Leary le dit elle-même, n’est pas un créationnisme –Le correcteur de mon Mac propose “crétinisme” en remplacement–; il faut tout de même signaler que dans les think-tank ID gravitent un certain nombre de chantres de théories étranges, la terre aurait 4000 ans, et ce genre de joyeusetés) est finalement de même nature que celui qui a opposé “les scientifiques soviétiques” (exception faite de quelques personnes comme notamment Vailov) au “reste du monde” dans les années 30 à 60, sur des sujets comme l’hérédité ou l’origine du vivant: le combat d’une idéologie contre une science, rendu possible parce que l’idéologie a utilisé les armes de la science, et s’est donné son apparence.

Il semble donc que, pour répondre aux partisans de théories de ce type, il faille nous remettre à faire de la science même quand il s’agit de vulgariser. Mais plus encore qu’une communication efficace (c’est la “réponse” au premier problème, celui de l’information noyée dans la masse), il faut prendre une position plus active, et répondre, répondre, répondre encore aux théories qui nous font dresser les cheveux sur la tête. Si l’espace médiatique est un espace fini, il n’y a pas de raison de laisser les tenants de la pseudo-science se l’approprier tout entier.

Partagez : These icons link to social bookmarking sites where readers can share and discover new web pages.
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google
  • blogmarks
  • BlogMemes Fr
  • StumbleUpon
  • Technorati
  • TwitThis
  • connotea
  • Live
  • Reddit
  • Scoopeo
  • Slashdot

9 réponses pour le moment

9 réponses à “La pseudo-science est-elle plus performante en matière de communication?”

  1. Je suis d’accord avec toi. J’ajouterai qu’à mon avis c’est généralisable à d’autres formes de discours, par exemple économique. Je crois aussi que c’est aux scientifiques de se prendre en main et de faire leur propre vulgarisation : pour les sujets polémiques, il faut je crois se passer du media qui peut potentiellement y plaquer sa propre idéologie. Il suffit de regarder par exemple la soupe dans le discours économique qu’on peut lire ici ou là (que ce soit dans les médias traditionnels ou ailleurs).

    28 Sep 2007 à 8:38 pm

  2. Sans parler que les pseudo-scientifiques savent vraiment tourner en réseaux (oh, ils ont aussi leurs querelles internes), alors que le web scientifique francophone m’a l’air pas mal désuni.

    J’ai l’impression qu’il y a, d’un côté, Futura Sciences qui cherche le monopole (à tout prix), limite les liens externes vers les confrères (concurrants à proscrire ?), et de l’autre, les “restes du monde” (cf. Groland), désunis, qui s’échangent peu ou pas de liens, ou alors en communautés restreintes (comme café des sciences; quelques newsgroups très fermés …).

    Elle vient d’où, cette peur du cyber-voisin ?

    01 Oct 2007 à 10:07 pm

  3. @ Fulmar : la différence, c’est aussi que les pseudo-scientifiques en question ont un but commun et vivent plus ou moins de leur pseudo-science, ce qui n’est assurément pas le cas de la blogosphère scientifique.
    Je trouve aussi que bloguer sur la science, c’est assez difficile pour tout un tas de raisons…

    02 Oct 2007 à 3:40 am

  4. @ Tom Roud : eh oui , sur beaucoup de plans les pseudo-sciences sont plus fortes que nous. C’est le même problème avec les milieux écologistes, très bons en propagande et sectarisme. Mon blog est bâti en réaction face à ce constat.

    02 Oct 2007 à 3:56 pm

  5. Timothée

    Le problème de bloguer sur la science, c’est que ca ne se fait pas comme on fait de la science. Je n’ai pas l’habitude de parsemer mes billets de références aux travaux de mes très vénérables confrères, alors “qu’en vrai”, je suis un maniaque de la bibliographie (à tel point d’ailleurs que certains membres de jury trouvent ça suspicieux). Si je voulais semer le trouble, je dirais que blogguer sur la science s’apparente plus à la pseudo-science. Les lecteurs y croient parce qu’ils croient le rédacteur.

    Je suis sûr que le sujet est passionnant.

    02 Oct 2007 à 7:32 pm

  6. Heu ! Je ne lis pas les blogs à la recherche de gourous à croire non plus ! N’exagérons rien hein :-D

    Le blog permet de discuter autour des sciences, mais on n’y “fait pas de la science”; d’ailleurs, les quelques blogs qui tentent ce style sont plutôt ennuyeux, car austères et réservés au final à un lectorat très réduit (difficile d’être spécialiste de son domaine, d’en parler de manière “haut-niveau” et d’intéresser tout le monde). D’ailleurs dans ce cas le format newsletter à abonnement est plus intéressant que le blog.

    02 Oct 2007 à 9:24 pm

  7. Timothée

    C’est vrai, on fait de la science au labo et a la machine a café. Par contre, je persiste a croire qu’on peut utiliser le blog pour présenter des résultats. Pas en remplacement du papier, mais en alternative.

    02 Oct 2007 à 9:27 pm

  8. Oui oui, sauf clause de confidentialité, rien ne t’en empêche de toutes manières de présenter des résultats sur ton blog. Tu peux parler de “tout” sur ce carnet de notes virtuel. Après c’est un risque à prendre, en cas de compétiton avec d’autres labos par exemple. On peut se trahir en blogguant ses réflexions. Risque aussi en terme de crédibilité, on peut toujours se demander pourquoi tes résultats n’apparaissent que sur ton blog, et pas dans une revue à comité de lecture, et en conclure des choses pas très sympa sur ta crédibilité.

    Petite parenthèse, Il y a quelques temps de celà, alors que le blog démarrait en France, on disait bien avec un petit sourire que “la science ne se fait pas sur des pages perso”.

    02 Oct 2007 à 10:40 pm

  9. Cette petite nouvelle, qui date de 1999, reste pleinement d’actualité. Son titre: “Pourquoi les créationnistes gagnent à tous les coups”.

    http://www.sciencepresse.qc.ca/archives/cap2211995.html

    06 Oct 2007 à 2:57 am

Trackback URI | Comments RSS

Commentez !

Sitemap