Quelle place pour les blogs dans la vulgarisation scientifique?

Posté par Timothée le 10 September 2007 | , , ,

On a traditionnellement considéré la vulgarisation comme un exercice réservé à quelques journaux. Ces journaux sont souvent la seule interface entre la “communauté scientifique” (ceux qui produisent les résultats) et la “société civile” (le monde entier moins les précédents, pour faire simple). A tel point que quand on en vient à parler de “revues scientifiques”, avant Nature, Science, les PNAS ou autres, les gens citent La Recherche, Pour la Science, et consorts. La profusion de ces journaux fait qu’on peut se poser une question simple: a t’on besoin d’autres moyens de vulgarisation? Et plus prosaïquement, les blogs sont-ils un support de communication à la fois efficace et différent des solutions “papier”?

Il est évident que je fais un odieux raccourci en assimilant l’ensemble de l’activité de vulgarisation à la parution de certains périodiques. D’autres médias existent, mais qui sont à mon avis d’un impact plus limité. Une rapide revue semblant s’imposer, je vais m’y livrer sans plus tarder.

Un mot avant de commencer, toutefois. J’en reparlerai au cours de ce billet, mais une petite clarification n’est pas inutile. Par “vulgarisation”, j’entend ici une transmission “rapide” des informations produites par les scientifiques à la société civile. Autrement dit, pas la rédaction d’un livre qui présente l’ensemble des connaissances sur un sujet donné, mais bien une activité de type “journalistique”: un suivi au plus près de l’actualité, avec mise en contexte.

Puisque ce billet à comme toile de fond la comparaison des solutions papier et numérique, l’utilisation de technologies internet, pourquoi ne pas commencer par les podcasts? Plusieurs grandes figures de la scène scientifique internationale (le Nature Publishing Group, l’AAAS, et le magazine anglophone de vulgarisation Scientific American entre autres) ont lancé les leurs. Anglais obligatoire le plus souvent (je n’ai pas d’exemple immédiat de podcast scientifique “de grande envergure” en français, en tout cas). Bien que d’une qualité “à toute épreuve”, ces podcasts sont relativement peu accessibles, si ce n’est à un public “étudiant” (universitaire).

Confession. J’ai un problème avec le podcasting. Quelque chose d’instinctif. Je n’aime pas ça. L’habitude d’utiliser du papier (de l’écrit, si vous préférez) pour mes activités scientifiques, sans doute. Mais plus important encore, j’ai du mal à me concentrer longtemps sur une voix sans visage. La voix seule a sur moi un effet hypnotique. Après en avoir parlé autour de moi, j’ai été forcé d’admettre que mon cas n’était pas une généralité, sans toutefois être une exception. Les podcasts semblent séduire à l’occasion, mais peu de personnes s’avouent prêtes à en écouter régulièrement. J’aime autant aller à une conférence.

Les conférences, justement, parlons-en. Rien que je n’aime autant que prendre des notes dans mon gros carnet à spirales, dans la demi-obscurité d’un amphi aux sièges en mousse, bercé par le ronronnement de l’orateur qui nous parle de… et voilà que je m’égare. Est-ce un bon support de communication scientifique? A mon avis, oui, surtout pour faire de la vulgarisation. Le côté visuel, “humain”, beaucoup plus amène que le papier ou la simple voix, aide beaucoup (les chercheurs sont des gens comme les autres. Ou pas…).

La possibilité d’interaction entre celui qui parle et ceux qui écoutent est grande, et les discussions qui s’en suivent sont souvent aussi intéressantes et riches que la conférence elle-même.

Il n’empêche que c’est assez difficile à mettre en place. Se tenir à suivre un cycle de conférences sur un sujet (à part quand la motivation est du type “c’est obligatoire sinon pas d’ECTS”, me fait-on remarquer à l’autre bout du téléphone, oui, je partage mes opinions en même temps que j’écris) est relativement difficile. Sans compter que l’organisation n’est pas forcément évidente non plus: il faut trouver des intervenants, et autres problèmes du genre.

Le videocasting (est-ce un mot?), une solution idéale? L’ENS a mis en ligne des vidéos de conférences, et je dois avouer que le principe m’a beaucoup plu. A quand, vous demande-je, une version en vidéo des séances de l’Académie des Sciences? A garder, donc, comme un à-côté intéressant, mais pas forcément adapté pour un suivi “régulier” de l’actualité. Le seul problème est qu’à moins d’un support suffisamment bien conçu, on perd la possibilité d’interagir.

Un mot sur les émissions de télévision. Je pense très honnêtement qu’il s’agit, en dehors de chaînes “un peu spécialisées”, de la pire des solutions. Entre des journalistes de Canal + prêts à tout pour imposer leurs vues anti-OGM, des reportages de e=M6 qui chantent fréquemment les louanges de l’industrie agro-alimentaire (un message clair, les produits en conserve sont meilleurs que les produits frais, et autres joyeusetés du genre), en s’appuyant sur des arguments scientifiques, qui sont souvent des cas d’école de sophismes divers (les plus fréquents étant bien sûr l’argument d’autorité et le faux dilemme), il me semble qu’on est plus proches d’une communication de nature propagandiste et d’une “science-spectacle” que d’une réelle volonté de communication impartiale et porteuse d’informations. Si les journalistes qui produisent ce genre de documents n’ont pas de problème avec leur conscience, tant mieux pour eux (et tant pis pour ceux qui y croient). Mon quart d’heure throw away your television prend fin ici-même.

Je fais une parenthèse pour parler des livres consacrés à la vulgarisation, à la simplification de la science. Ils ne font pas partie du même procédé que la communication sur une base régulière. Que ce soit sous forme de livres “techniques” (Biology de Campbell & Reece, qui contient les “bases” dans beaucoup de domaines des sciences de la vie) ou d’essais (prenez par exemple les livres de Jean-Marie Pelt ou encore Stephen Jay-Gould). Ces livres sont plus des “aide-mémoire” qu’autre chose, on les garde à portée de main en cas de besoin, on les annote pour tenir compte d’informations plus récentes, mais on ne se sent pas plus informé sur l’actualité après les avoir refermés.

C’est donc dans le cadre d’un suivi “non ponctuel” de la science que je conçois l’activité de communication scientifique. Pourquoi? Parce que la “critique” la plus fréquemment émise à l’encontre de la communauté scientifique est que sa productivité est très faible. Puisqu’on n’en parle jamais, c’est que rien n’avance. Certes, la recherche avance à son rythme, mais les résultats existent, et c’est faute de médiatisation qu’ils ne sont pas connus hors du domaine.

Pourquoi? Parce qu’un “résultat” brut n’est pas toujours, à première vue, d’un intérêt flagrant. Annoncer qu’on maîtrise la structure d’une glycoprotéine d’enveloppe d’un virus comme EBV, grâce aux travaux de Gerda Szakonyi et de ses collaborateurs, parus dans Nature Structural & Molecular Biology en 2006, au milieu d’un public de non-biologistes, c’est s’assurer d’un beau flop. Croyez moi j’ai essayé. Et pourtant.

L’intérêt est tout autre quand on annonce que c’est grâce à cette protéine (je pense à la GP350) que se fait l’entrée du virus dans la cellule, première phase de l’infection, pouvant conduire à des lymphomes. Tout résultat est potentiellement intéressant dès le moment ou il est mis en valeur.

Donc, la communication scientifique efficace, c’est une mise en avant “régulière” de résultats, en présentant les retombées qu’ils peuvent entraîner. Soit. Vous allez me dire que c’est ce que font les journaux grand public. C’est vrai. Mais la “version papier” à quelques limitations qui me semblent de plus en plus importantes.

En premier lieu, une limitation physique, liée au nombre maximum de pages dans un numéro. Le nombre de sujets qu’on peut aborder est nécessairement limité. Ce qui conduit à faire des choix, et à évincer certains sujets “annexes” (d’une importance moins grande) qui auraient malgré tout mérité qu’on en discute.

La discussion, venons-y, et ce sera mon second point, est ce qui me semble la plus grande faiblesse de la communication “sur le papier”. Sur un blog, un forum, un site, etc…, via le système de commentaires, il est facile de réagir à un sujet, d’y apporter des nuances, de faire part de remarques, de mettre en lumière des erreurs factuelles imprécisions sur la forme.

Pour faire la même chose avec un journal papier, il faut passer par le courrier des lecteurs. D’après mon expérience, il n’y à guère que La Recherche qui réponde (de manière très complète et rapide, qui plus est, d’où une très agréable surprise). Dans le meilleur des cas, les remarques sont disponibles le mois suivant (pour l’ensemble du lectorat, bien sûr), et la discussion va rarement au-dela. La possibilité de “communication” est bien plus grande avec un système électronique (il suffit de regarder un article de PLoS pour s’en rendre compte).

J’en profite pour glisser une suggestion: pourquoi ne pas ouvrir des espaces de discussion sur les sites des principaux périodiques, pour “centraliser” les remarques des lecteurs? J’en reviens à ma remarque précédente lors de mon éloge des conférences: la discussion qui suit a toutes les chances d’être très enrichissante. C’est ce côté “unidirectionnel”, non-interactif du journal papier qui me gène finalement le plus.

Le troisième point que je vais aborder est plus ou moins attaquable. Je vais parler d’écologie. Ou plutôt de ce qui arriverait si je m’avisais d’utiliser des indicateurs de diversité sur les citations qu’on trouve dans les articles des principaux journaux.

Je m’explique. Je me faisais la remarque en lisant un article de La Recherche l’autre jour: sur 4 travaux cités, 4 étaient parus dans Science. J’ai donc été pris d’une frénésie de recherche de sources, et j’ai fait un constat rapide. La majorité des travaux cités (dans la partie biologie/santé) provenaient des journaux suivants: Nature (et autres NPG), Science, PNAS, NEJM, Lancet (et autres), EMBO Journal. De manière assez étrange (mais je n’ai rien calculé pour le vérifier), la même tendance s’observait dans les “dossiers”, numéros complets consacrés à un sujet particulier.

D’où finalement une diversité assez faible, si on regarde les sources. C’est là que l’intérêt des blogs est le plus important à mes yeux. Apporter sur le devant de la scène (n’allez pas croire que nous sommes si populaires que ça, mais enfin…) des travaux parus dans des journaux moins connus du grand public (tout le monde ou presque connaît Nature, c’est nettement moins vrai si je parle du Journal of Fish Biology, ou de Fish & Shellfish Immunology par exemple).

Double interrogation qui en découle: les journaux “grand public” ne pourraient-ils pas le faire? Les blogueurs doivent-ils s’abstenir de réagir aux papiers de Nature? Et forcément, double négation dans la réponse… Non, ce n’est pas le rôle des périodiques papier de s’intéresser aux travaux des journaux “moins importants” (en terme d’impact sur le grand public, bien entendu). Parce que, l’espace étant limité sur un tirage papier, il faut choisir et mettre en avant ce qui “pèse”.

Ainsi, les travaux de Worm sur la perte de la biodiversité marine (parus dans Science en 2006) ont été largement plébiscités, alors que d’autres, je pense notamment à ceux de Pauly, sur des sujets très semblables, et d’une qualité similaire, ont été oubliés (le journal n’est pas un critère de choix valable, Pauly ayant à son actif plusieurs parutions dans Science et dans Nature). Le sujet était probablement moins à la mode à l’époque (début 2000, grosso modo).

C’est là que les bloggueurs interviennent, en mettant en avant des papiers et des résultats dans un domaine qu’ils connaissent, et qui les intéresse. Ce qui ne veut pas dire qu’il faille se limiter à l’ensemble des papiers (la majorité, donc) qui ne seront jamais cités dans La Recherche. L’apport d’un autre point de vue est souvent bénéfique, et les bloggueurs “un peu spécialisés” seront plus enclins à mettre en avant des aspects “secondaires” d’un résultat.

Pour résumer? Les bloggueurs permettent de faire remonter des informations qui ne sont pas visibles au travers des moyens habituels de vulgarisation, parce qu’issus de domaines trop “confidentiels”, tout au moins trop “annexes” pour avoir leur place de manière régulière dans les principaux médias. Et pourtant, ces informations ont souvent un intérêt pour le public.

J’étais surpris, l’autre jour, de lire la liste des mot-clés qui amènent les visiteurs ici. C’est très diversifié, tout en étant très précis. J’étais loin d’imaginer que d’autres partageaient ma passion des parasites de poissons (probablement des maniaques de l’aquariophilie, d’ailleurs).

On arrive finalement à dessiner un rôle pour le blog dans la communication vers la “société civile”. Apporter des informations peu médiatisées, les rendre vivantes, et les replacer dans un contexte plus global. Ca, plus la touche “personnelle”, que les journalistes professionnels ne peuvent pas se permettre. Le fait de ne pas être une “institution” permet une liberté de ton plus importante. Ce qui est loin d’être négligeable, puisque comme le faisait très justement remarquer la rédactrice en chef d’un magazine espagnol de vulgarisation, destiné aux adolescents, la science, comme toute autre entreprise humaine, c’est d’abord des gens qui luttent, des gens qui échouent ou réussissent. La science est une aventure que les lecteurs veulent partager.

Et sur ce point très particulier, grâce à leur indépendance et leur “non-professionalisme” (ce n’est pas un jugement qualitatif, certains blogs anglophones sont d’une qualité remarquable) les bloggueurs ont l’avantage…

Post-scriptum: Il est bien évident que le blog possède des limitations. Mais ce billet est déjà bien assez long (bien que je n’ai pas compté précisément, le CD qui a servi de fond musical, la remarquable sonate en sol mineur “The Devil’s Trill de Giuseppe Tartini, attaque tranquillement sa seconde répétition). Si un autre que moi veut exprimer ses opinions la dessus, la voie est libre…

Partagez : These icons link to social bookmarking sites where readers can share and discover new web pages.
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google
  • blogmarks
  • BlogMemes Fr
  • StumbleUpon
  • Technorati
  • TwitThis
  • connotea
  • Live
  • Reddit
  • Scoopeo
  • Slashdot

9 réponses pour le moment

9 réponses à “Quelle place pour les blogs dans la vulgarisation scientifique?”

  1. Cécile

    Digitales Marketing

    Analyse très intéressante, qui m'amène quelques commentaires :- comme tu le soulignes à un moment, il existe deux aspects différents et complémentaires : la vulgarisation, qui consiste à expliquer au lecteur un sujet, souvent en revenant aux bases, et l'information, qui parle davantage de résultats récents, et qui s'autorise parfois la polémique.
    - concernant l'omniprésence de Nature et Science, elle est à la fois compréhensible et dommage. Compréhensible, car un journaliste ne peut pas lire tout ce qui se publie dans un domaine (même le chercheur ne le peut pas), et se cantonne donc aux "grands", estimant à tort ou à raison que les grands résultats se trouvent dans les grands journaux. L'autre raison est que les magazines comme La Recherche traitent les résultats qui intéressent l'ensemble des lecteurs, et pas uniquement les spécialistes du domaine. Or, c'est une des spécificités de Nature et Science que de privilégier ce type de résultats (d'où les accusations de trop favoriser les modes,…). Mais c'est vrai qu'il serait bon de davantage varier les revues source.- Je suis comme toi, je préfère l'écrit aux podcast. Pour moi, l'énorme avantage est qu'en lisant, on va à son rythme : on s'attarde sur un point, on survole d'autres points qui nous intéressent moins… Mais si on veut aller vers un large public, l'audio et la video sont des supports attractifs.- Il me semble évident que les blogs ont un grand rôle à jouer en information/communication scientifique. Par leur aspect multimédia (exemble le plus marquant : un lien vers un petit film de quelque secondes de chercheurs, où l'on voit en direct un phénomène scientifique), par leur capacité à parler d'un résultat passé inaperçu, par leur gratuité, par leur format non imposé, par le point de vue que peut apporter le bloggeur (ce que tu appelles la "touche personnelle"). Et bien sûr sur l'interactivité avec l'internaute.
    Je ne pense pas que les journaux scientifiques doivent craindre ces blogs, au contraire : les journaux restent irremplaçables pour traiter plein de sujets, avoir une "vue d'ensemble" de la recherche à un moment donné, sans compter l'aspect "durable" d'une collection quand on est abonné.
    Bref, longue vie aux blogs et aux journaux scientifiques

    11 Sep 2007 à 8:56 am

  2. Ce qui sous-tend ton billet, c'est que les blogs de science sont tenus en général par des scientifiques. Cela implique qu'ils parlent de science différemment des journalistes. Alors, ce que tu nommes "indépendance" et "non-professionalisme" ne s'appliquent qu'au champ du journalisme, les blogueurs n'en étant pas moins dépendants et professionnels dans le champ de la science. Surtout, en plus de "vulgariser" avec un autre point de vue que le journaliste (par exemple, je regrette souvent que les journalistes ne reviennent pas sur les "conditions de production ou de publication" des résultats qu'ils couvrent, à l'inverse des blogueurs qui sont friands de ces coulisses), ils ont à cœur de raconter leurs aventures au labo, leurs états d'âme de chercheurs, et de démystifier la science en action.

    Alors, dans la continuité de ce billet, à quand des billets sur le rôle des blogs de science dans l'ouverture de la communauté scientifique, la discussion de la science en train de se faire, etc. ;-)

    12 Sep 2007 à 8:04 pm

  3. Timothée

    Merci de préciser un peu mon postulat de base…

    Effectivement, je parle ici des blogs tenus par des scientifiques, qu'ils soient concentrés sur leur domaine ou non. Disons que je parle des bloggueurs qui ont une formation en science(s).
    Ce qui nous amène à faire la distinction entre l'activité blog et l'activité professionnelle, évidemment. Les exemples de blogs de chercheurs, utilisant le blog comme un moyen de communication (en France en tout cas) sur leurs résultats sont encore trop rares.
    Il faudrait donc pouvoir garder cette liberté de ton, tout en utilisant le blog comme un véritable moyen de valoriser (ça y est, je l'ai dit…) sa recherche. Pas forcément évident.
    A quand des billets sur ce thème? Héhé…

    13 Sep 2007 à 10:28 pm

  4. Salut,

    belle introduction au sujet et j’espère que tu continuera à creuser, d’autant plus qu’une révolution dans le domaine des blogs scientifiques semble se dessiner à l’horizon : Seed qui ‘publie’ ScienceBlogs à des vues de s’étendre en Europe, puis…
    Des accords sont signés et des développements à attendre.

    Il y a un élément de réflexion que j’aimerais ajouter, en plus de ceux que Cecile a apporté et que Tom a spécifié. Les blogs peuvent avoir un caractère éducatif. Il n’est pas obligatoire de vulgariser un sujet, on peut améliorer les bases d’analyse du lecteur pour lui permettre de mieux saisir l’importance de telle ou telle avancée scientifique.

    En général, au sujet de qui tient blog et comment, pour s’adresser au grand public j’ai vidé mon sac hier, au sujet du universal ethical code for scientists, proposé par David King; le point n° 6, “Discuss issues science raises for society”, j’ai commenté ainsi :

    I do practice #6, as much as possible and I’m often unpopular because I try to stick to what is scientifically proven. Public don’t like this attitude much; some are even reproachful: “now come on, you can’t consider that the offense to Mother Nature can lead at anything else the diabolic stuff, GMO’s are bad, can’t you just feel it?”.
    In general, I would like to make it mandatory to spend a week per year discussing issues science raise for society for every single scientist. And maybe mandatory to read and rate papers on PLoS ONE. Now, come on, I’m not joking. And yes, I do started doing so myself, with a minimal objective of 3/week.
    And maybe the scientists should be trained to blog, also.

    Ce n’est pas tombé à plat, Bora Zivkovic, en parlait dès ce matin. Les blogs sont un moyen très simple pour toucher le Online Community Manager de PLoS ONE, isn’t it ?

    Je pense que le domaine de la communication scientifique est en train de changer radicalement. Regardez PLoS ONE, il devient comme un blog !
    Ma réaction de (relativement) vieux con est Yeah!

    Sans pour autant oublier les bons journalistes scientifiques, qui ont aussi leur blog :-) Carl Zimmer vous dit quelque chose ?

    14 Sep 2007 à 7:07 pm

  5. Il semble que le sujet est dans l’air du temps Impact of Science Blogging Survey.

    Je propose que ce lien se retrouve sur un post à part ;-)

    17 Sep 2007 à 5:32 pm

  6. Oldcola > “This survey is currently closed.” C’était quoi ?

    18 Sep 2007 à 4:02 pm

  7. Ah mince !
    Une série de questions sur les habitudes vis-à-vis des blogs scientifiques, en tant que lecteur et blogger.
    Je suppose qu’ils ont obtenu la taille de panel nécessaire pour faire leurs stats.
    L’accroche était :

    This survey attempts to access the opinions of bloggers, blog-readers, and non-blog folk in regards to the impact of blogs on the outside world. The authors of the survey are completing an academic manuscript on the impact of science blogging and this survey will provide invaluable data to answer the following questions:
    Who reads or writes blogs?
    What are the perceptions of blogging, and what are the views of those who read blogs?
    How do academics and others perceive science blogging?
    What, if any, influence does science blogging have on science in general?

    Please consider participating in the survey as an act of ‘internet solidarity’! It will likely take 10 minutes, and a bit more if you are a blogger yourself. We thank you in advance.

    18 Sep 2007 à 8:12 pm

  8. Confirmé en fait, ils ont bouclé : “The science blogging survey quickly met its goal of 1000 respondents, and is now closed. Thanks to everyone who participated.

    19 Sep 2007 à 12:39 pm

  9. Ah, que j’aurais aimé lire ce commentaire quelques mois plus tôt… J’ai co-signé un livre qui sort d’un jour à l’autre (”Science! on blogue”, aux éditions Multimondes: http://www.multim.com). Le livre porte précisément sur les blogues en science: ce qu’ils sont, l’usage qu’ils ont et surtout celui qu’ils pourraient avoir. Le livre a deux objectifs: servir d’intro à quelques scientifiques qui voudraient se lancer dans l’aventure, et réfléchir sur les nouvelles possibilités qu’ouvre cet outil (ainsi que le wiki, la baladodiffusion et quelques autres).

    Si votre billet avait été publié quelques mois plus tôt, soyez sûr qu’il aurait été cité quelque part. Vos réflexions rejoignent les miennes et les portes que vous ouvrez sont celles que trop peu de scientifiques ont ouvert ces dernières années, tandis qu’explosait le phénomène des blogues.

    Je vous trouve néanmoins sévère sur la vulgarisation à la télé: elle rejoint un public qui n’est pas à négliger, qui n’est pas rejoint par les journaux grand public et les revues de vulgarisation. Elle a ses limites, c’est vrai, mais les blogues rencontreront leurs limites, eux aussi: on ne les connaît tout simplement pas encore.

    JE suis d’accord avec vous pour dire que le phénomène du commentaire sera un élément important des blogues, et que les revues l’ont sous-exploité. Mais il ne faut pas le porter aux nues non plus: Nature a mené une expérience en 2006 (où les chercheurs sontn invités à commenter les résultats de chercheurs - donc une expérience de commentaires spécialisés, pas “grand public”), qui a donné des résultats mitigés. PLOS mène une telle expérience actuellement, ça démarre plutôt lentement.

    Et dans le domaine de la vulgarisation, nous-mêmes, à l’Agence Science-Presse, nous avons lancé en 2005 les premiers blogues réalisés par des scientifiques en français (http://blogue.sciencepresse.info): le nombre de commentaires est extrêmement limité, et certains des blogueurs se découragent, en partie pour cette raison. Les visiteurs sont trop timides, ou bien les sujets à teneur scientifique incitent moins à des commentaires que les sujets politiques ou “people”. S’ajoute à cela un autre facteur: alors que les blogues les plus populaires se recensent systématiquement entre eux, les nôtres restent à l’écart, parce que, eh bien oui, c’est de la science… :-)

    04 Oct 2007 à 4:22 pm

Trackback URI | Comments RSS

Commentez !

Sitemap