Quelques remarques sur la rémunération des étudiants

Posté par Timothée le 4 September 2007 | ,

Je rentre tout juste de vacances (enfin si l’on peut dire), et pour me sortir la tête un moment de l’activité tellement spirituellement enrichissante que représente la recherche d’un logement, j’ai décidé de consacrer quelques précieuses minutes au partage avec vous de quelques remarques sur la rémunération des étudiants.

Certains vont me dire que rémunérer les étudiants, ce n’est pas logique, puisqu’ils font leurs études, et qu’ils ne “produisent” rien. C’est a priori vrai pas faux. Oui mais. Certaines institutions le font. D’ailleurs, je remarque avec un certain plaisir que ces étudiants rémunérés sont les premiers à partir à l’étranger…

D’où une question de taille: Ok on peut les payer, mais on fait quoi si ils s’en vont? Comment on récupère notre investissement? Comment on rentre dans nos frais? La question est plus que légitime.

On peut essayer d’y répondre de plusieurs manières. La plus simple est à mon avis d’aider plus particulièrement les étudiants qui s’engagent à rester en France au moins pendant un certain temps. Mais c’est un facteur d’inégalité, dans la mesure ou on ne peut pas trouver un super-spécialiste de chaque sujet en France (parce que le but, au final, c’est de bosser avec le super-spécialiste en question).

Autre approche, on peut choisir de “remercier” les étudiants qui ont atteint un bon niveau, puisque leur niveau aura des conséquences positives sur leur université d’origine. Puisqu’on s’occupe de leur image de marque, on peut bien avoir un p’tit quelque chose en échange. Seulement, quand je vois les taux d’abandon (même de très bons étudiants), je me pose des questions sur la viabilité de cette solution. Idem pour les taux d’échec, dont j’avais déjà parlé ici.

Quelques uns de mes profs nous avaient livré leur point de vue sur la chose autour de la machine à café, et étaient plutôt favorables à une rémunération “au mérite” (ce qui aurait probablement, l’homme étant pas nature vénal et très très vilain, c’est Voltaire qui l’a dit, eu pour conséquence de motiver tout le monde).

Reste la question de la “production”. Un des arguments qui m’a souvent été opposé par mes alter ego ingénieurs ou autres, est que les étudiants sont la pour être formés, pour recevoir des connaissances, et qu’ils ne produisent pas en retour. Autant c’est vrai au niveau du cycle L, autant c’est discutable (au cas par cas) en M. Je m’explique. En Master, il y a des stages à faire, et si le stage est bien fait, de l’avis général, on produit des résultats. Sans aller forcément jusqu’à la publication, mais on peut tout de même faire un travail conséquent et exploitable.

Sans parler du fait que le Master est plus exigeant que la Licence en terme de temps/intensité de travail, ce qui exclut souvent (quand on veut s’y consacrer à fond) l’hypothèse d’un job à côté. Autant j’ai pu le faire en licence sans trop de problèmes, autant je n’aurais pas pu y songer l’année dernière. D’ou malheureusement un constat assez dérangeant: une grosse partie de la sélection à l’université est faite sur la base des revenus des parents.

Donc rémunération des stagiaires? Pourquoi pas… Je suis contre (ou plutôt non, je ne suis pas choqué de ne pas être rémunéré en stage). C’est précisément à ce moment là qu’on apprend le plus. La possibilité de pouvoir se consacrer totalement à un sujet, avec des gens qui sont prêts à s’impliquer pour nous rendre la vie encore plus facile, c’est une compensation non-monétaire largement suffisante. La charge de travail que représente un stagiaire devrait donner lieu à une prime pour le maître de stage, si on veut aller encore plus loin (surtout dans mon cas, qui suis du genre relou). Par contre, la prise en charge des frais liés au stage (hébergement, nourriture) me semble une alternative correcte. Parce que mine de rien, ça chiffre vite, et que ça peut en freiner certains.

Bref, des billets plus “bio” sont à prévoir pour la rentrée.

Billets similaires

3 réponses pour le moment

3 réponses à “Quelques remarques sur la rémunération des étudiants”

  1. Salut,
    c'est assez compliqué. Je pense contrairement à toi qu'on devrait payer au moins symboliquement les étudiants de Master, et surtout, tu as raion, les aider pour le logement - mais c'est peut-être que j'ai passé trop de temps aux US. Je suis également contre payer l'encadrant : cela fait partie de son boulot de former des étudiants.

    Sinon, pour les Normaliens/X et autres : il y a longtemps, ils avaient un engagement décennal. Ils étaient obligés de travailler pour l'état pendant dix ans. Cet engagement a certainement disparu pour l'X, je ne sais pas pour l'ENS. De mon temps également (i.e.  ~ 2000), il était conseillé aux X et Normaliens d'aller faire une thèse en province pour que le prestige de leur école aille illuminer les labos dans les campagnes françaises (je caricature mais à peine). Cela se traduisait par des chantages aux bourses de thèse. Au contraire, pour les étudiants qui ne s'orientaient pas vers la recherche, mais vers des jobs plus commerciaux par exemple, les incitations étaient très forte pour qu'ils aillent suivre une formation dans les pays étrangers. Aujourd'hui, la tendance est généralisée je crois; par exemple l'un des X-Mines qui avait sorti un rapport sur le brain drain  est parti je crois faire sa thèse à Berkeley, et je connais quelques X qui font leur thèse à New York. Je doute que cela soit une bonne stratégie : quand on part à 25 ans, on a suffisamment peu d'attaches pour ne pas revenir en France. Par ailleurs, le prestige international d'une école est directement corrélé à sa qualité de recherche et à la qualité de ses étudiants en thèse; un X  ou un Normalien qui fait une excellente thèse à Berkeley, c'est surtout bon pour Berkeley.

    Dernier point : je suis contre des rénumérations à la production des résultats; je pense que sinon on risque la même dérive que pour le publish or perish. La recherche est par nature une activité peu productive ( "des chercheurs qui cherchent, on en trouve, etc…"). Plus tu es incité à produire des résultats, moins tu prendras des risques dans ta recherche, et donc plus ta recherche paraîtra fade et non originale. 90% des papiers sont du recyclage ou du bullshitting, ce n'est pas pour rien…

    04 Sep 2007 à 2:32 pm

  2. Quelques remarques sur tes remarques:

    -comment sais-tu que les normaliens (issus de la seule institution que tu cites) sont les premiers à partir à l'étranger? Si c'est le cas, pourquoi le souligner avec ironie? Tu sais pourtant qu'il est difficile de trouver un super-spécialiste de chaque sujet en France! Ou alors, ne serait-ce pas les universitaires qui ne partent pas assez? Mais je ne crois pas que ce soit le cas, car la plupart des normaliens décrochent une allocation couplée qui leur impose de rester en France.

    -la loi oblige désormais les labos à rémunérer les stagiaires de niveau maîtrise ou plus. En pratique, cette rémunération se fait au plafond avant le paiement de charges sociales, soit 300 euros par mois environ, soit un salaire symbolique et des poussières. Ceci devrait réconforter Tom. La loi impose également aux thésards de toucher un salaire (au moins en science). De même, les "bourses" sans cotisations sociales des thésards et post-docs sont hors la loi (ou plutôt en cours de régulation).

    -les compensations non monétaires te sont propres et sont difficiles à inscrire dans une loi qui encadrerait la rémunération des stgiaires.

    -les chercheurs qui encadrent des étudiants en thèse touchent normalement une prime pour cela. Mais ne penses-tu pas qu'être payé pour encadrer des stagiaires d'été, de maîtrise ou de master occasionnerait des dérives, du type je "prends un stagiaire même si je ne le prendrai jamais en thèse, juste pour arrondir mes fins de mois"?

    @Tom: l'engagement décennal est toujours valable pour les normaliens,
    « Les élèves sont tenus d’exercer une activité professionnelle dans les services de l’Etat, des collectivités territoriales, de leurs établissements publics ou des entreprises nationales, durant dix ans à compter de leur entrée à l’École »
    et même il revient à la mode en se durcissant un peu. Il me semble que les X ont troqué depuis longtemps leur liberté contre un peu de leur solde…

    (L'ENS reste la meilleure façon d'être étudiant et rémunéré. Coup de bol, le concours est gratuit! La contrepartie, c'est l'engagement décennal et le venin des universitaires…)

    05 Sep 2007 à 6:23 pm

  3. Je ne suis pas d'accord avec toi, pourquoi l'étudiant qui travaille et fait de la recherche ne serait pas payé ? Le coup du "il se forme, c'est deja pas mal et il devrait dire merci", c'est du n'importe quoi qui conduit a la situation actuelle dans les stages en entreprises. La légère variante "il fait ca pour l'amour de la science et pas pour l'argent" mene aussi au niveau de vie miserable des thésards francais. Que les étudiants fassent plus de recherche durant leur scolarité et qu'ils soient payés pour cela aurait de multiples avantages, combler un manque patent dans la formation trop scolaire à la francaise, relever leur niveau de vie, et dynamiser un peu les labos (en ayant plein de petites mains pour les taches ingrates (MAIS formatrices et remunérées) les chercheurs et thésards auraient bien plus de temps). Plus de production scientifique pourrait (dans un autre pays que la France, cependant…) permettre soit de publier plus, soit de produire des études interessantes pour l'industrie, ie trouver des financements.

    09 Sep 2007 à 11:15 pm

Trackback URI | Comments RSS

Commentez !

Sitemap