“Théorie” de l’évolution

Posté par Timothée le 18 Jul 2007 dans , 5 commentaires

Au cours d’une discussion, j’ai été amené à parler d’évolution, et plus précisément de théorie de l’évolution. Mon interlocuteur étant plutôt religieux, plutôt proche du créationnisme, il m’a fait remarquer que justement, mon évolution n’est qu’une théorie. Ce n’est pas la première fois qu’on m’oppose l’argument, et je pense qu’une rapide mise au point s’impose…

L’évolution n’est pas une théorie. C’est par abus de langage qu’on parle de théorie. Pour être exact, il faudrait séparer deux entités. D’une part l’évolution, ie la modification des espèces vivantes au cours des générations, la création et la disparition, l’acquisition de caractères, …

Et d’autre part, les théories de l’évolution. Les théories sont la description du processus évolutif. Si on[1] s’accorde à dire que l’évolution est une réalité, les théories provoquent encore des controverses.

Les premières théories sont celles de Lamarck et Darwin. Le premier penchait d’ailleurs clairement pour une tendance à la complexité croissante[2], contrecarrée par les influences extérieures.

Darwin, dans son livre L’origine des espèces[3], à travers le struggle for life, a défini le principe de sélection naturelle. C’est sur sa théorie qu’a été construit le néodarwinisme (ou TSE), oeuvre de Fisher, Haldane et Wright. Cette théorie est aujourd’hui la plus largement acceptée.

Il n’empêche que les théories sont légion, d’ou parfois la possibilité pour un observateur extérieur de penser que l’évolution en tant que mécanisme n’est pas une réalité.

Mais ce n’est pas tout. Il faut aussi compter avec ceux qui voudraient bien imposer d’autres théories. L’Intelligent Design par exemple, qui se dote de toutes les armes d’une vraie science, et trouve un écho important chez certains politiques.

Une des autres armes des anti-évolution est l’utilisation malhonnête de données pour soutenir leur théorie (qui, pour le coup, en est une). Par exemple, l’apparition d’une même structure plusieurs fois, de manière indépendante (prenez le cas de la ventouse, assez révélateur). Ou encore, plus classique, le fait que ce soit trop complexe, trop parfait, statistiquement impossible pour être le fruit du hasard.

Autant d’arguments qui sont à mon avis réfutables par le fait que l’évolution ne retient que les succès, et élimine les échecs, ne laissant que des formes adaptées. Du survival of the fittest, en quelque sorte.

Il y a donc un important travail de communication à faire. Il faut inverser la tendance, et faire comprendre que la théorie de l’évolution est en fait une théorie explicative de l’évolution. Et comme pour beaucoup d’autres sujets, ça passera nécessairement par un travail d’information, aussi important que celui qu’ils font, la, de l’autre côté.

Notes

  1. la communauté scientifique []
  2. ou “mythe du progrès”, voir notamment L’éventail du vivant de SJG, ou les interview de John Maynard-Smith ou Christian De Duve dans “La Recherche” []
  3. au moyen de la sélection naturelle, ou la préservation des races favorisées dans la lutte pour la vie []

Timothée is
| All posts by Timothée

5 commentaires

» Flux RSS des commentaires
  1. Pour le travail d’explication et d’information, le site le plus complet que je connaisse : http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosevol/decouv/articles/chap1/lecointre1.html

  2. […] de la déclaration de Jean-Paul II, pour qui l’évolution est more than just a hypothesis, plus qu’une “théorie”. Oui mais. Le pape Benoît XVI se positionne sur une ligne que l’on pourrait qualifier de […]

  3. A propos du concept de Dessein Intelligent  Le concept de Dessein Intelligent (ID en anglais) est à tort souvent lié à Dieu et au créationnisme, en opposition avec le darwinisme et l’évolutionnisme. Nous sommes là en réalité face à un vieux débat philosophique transposé cette fois de l’homme à l’univers : la difficile et sinon impossible distinction entre l’inné et l’acquis. Mais le lecteur de mes pages http://controlled-hominization.com/index_fichiers/page0010.html conviendra peut-être que cet affrontement est stérile. En tant que matérialiste, je pense que l’évolutionnisme n’est pas en contradiction avec toute conception d'ID et qu’une synthèse est même possible. Si la plus grande complexité d’une structure ne pourrait exclure l’évolutionnisme, la science ne pourrait non plus rejeter toute idée d’intervention intelligente dans l’évolution de l’univers, du moins à certaines étapes du processus. Après tout, l’homme lui-même est déjà un acteur local dans cette évolution, acteur qui s’est sans doute montré peu intelligent jusqu’ici (réchauffement planétaire, sciences de la vie, sélection et disparition d’espèces…). Mais il pourrait être conduit à jouer un rôle bien plus grand s’il parvient à survivre (dispersion de la vie dans le cosmos, « terraformation » de planètes, « planètes » artificielles, êtres artificiels…). C’est déjà là l’ébauche d’un dessein intelligent qui n’a pour limite que notre capacité de survivre. Nous serions sans doute déjà considérés comme des dieux par nos ancêtres du Moyen Age, et nous serions de même tentés de considérer nos descendants comme des dieux si nous pouvions revenir sur notre planète dans quelques centaines ou quelques milliers d’années. Par son refus de considérer l’hypothèse que l’intelligence ait déjà pu jouer un rôle significatif dans l’évolution de l’univers, l’homme tient en fait pour acquis qu’il est l’être le plus avancé à avoir vu le jour. C’est au fond une autre façon de se placer encore une fois au centre de tout, comme avec la Terre avant Galilée. Cet anthropocentrisme n’est pas très rationnel. Tout en restant dans un cadre évolutionniste, le concept d'ID pourrait pourtant au moins s'appliquer pour l'homme futur, s'il parvient à survivre suffisamment longtemps pour pouvoir jouer un rôle non négligeable dans l'évolution de la vie dans ce système, dans la galaxie, et pourquoi pas davantage. Et il pourrait également s'appliquer pour d'éventuels ET plus avancés qui nous auraient précédés dans ce rôle, qui pourraient par exemple, grâce à leur science, y jouer déjà un rôle significatif, même s'ils sont eux-mêmes nés du hasard. Sans vouloir remonter à un dieu toujours problématique, l'intelligence, même née suivant les lois du hasard, est trop catégoriquement ignorée dans l'évolution de l'univers, et ce refus relève à mon avis plus de la foi dans la solitude de l’homme dans l’univers que de la vraie science. Même si le concept d’ID n’a jamais été mis en œuvre par d’autres êtres dans cet univers, pourquoi serait-il interdit à l’homme de vouloir le prendre à son compte un jour ? Il ne s'agit sans doute là que d'hypothèses, mais la science progresse ainsi, et il ne serait pas scientifique d’en exclure une qui pourrait être tout à fait vraisemblable. L’ID est un peu trop facilement écarté et ridiculisé actuellement, un peu comme la dérive des continents naguère, et bien d'autres concepts encore… Benoit Lebon

  4. LE DARWINISME EST SUR RESPIRATION ARTIFICIELLE

    Le dernier bilan de la communauté scientifique sur l’état des connaissances sur les origines de la vie et de l’univers date de 2007. Après 150, on est encore à la case départ. Par exemple, on ne connaît pas la composition de la «soupe primitive» avouaient les hommes de sciences évolutionnistes. Comment peut-on expliquer l’origine de la vie venant d’une soupe organique d’où on ne connaît pas les ingrédients ???? Pire la soupe pour les acides aminés n’est pas celle des protéines et ainsi de suite. Pire touts les éléments de la première cellule vivante ainsi que son ADN déjà programmé se devaient d’être présent au même moment ! Aucune erreur de programmation n’est permise. Et cette première cellule vivante aurait immédiatement été détruite par les rayons cosmiques ! Cette déconcerte a beaucoup ébranlé la théorie de l’évolution. Le document fossile ne dit rien. Le chaînon manquant et bien il manque toujours…

    Ce ne sont pas les religieux qui ébranlent actuellement le temple du darwinisme. Car les gens sont de moins en moins pratiquants. Le plus grand danger vient des hommes de sciences eux même. On ne se gène plus pour critiquer ouvertement cette théorie.

  5. Providence divine ou providence laïque (le hasard et la sélection naturelle) ? Il serait bien temps de sortir de l’impasse ou croupis la biologie et abandonner le dogme selon lequel les êtres vivants ne sont que des machines…

Commenter


Sitemap