Méditation et plasticité du cerveau

Posté par Timothée le 12 Jul 2007 dans , Pas de commentaires

Activation des zones du cerveau pendant la méditationDans une étude parue le 3 juillet (dans la très prestigieuse revue PNAS), Brefczynski-Lewis et coll[1] se sont intéressés à des personnes pratiquant plus ou moins activement la méditation, et plus exactement aux zones de leur cerveau qui sont activées au cours de cette activité.

Ils ont mesuré l’activité cerebrale chez des méditateur “experts” et novices, par la technique de l’IRM. Leurs résultats sont assez surprenants, et je détaille celui qui m’a le plus marqué.

Les méditateurs experts, soumis à un stimulus sonore, activent de manière préferentielle les zones du cerveau impliquées dans l’attention et l’inhibition des réponses, contrairement aux novices (zones des émotions et des pensées “qui s’échappent”[2] ). Le point le plus intéressant et que cette activation des zones dépend du nombre d’heures de pratique, ce qui laisse imaginer une certaine plasticité des systèmes impliqués.

mediyoga

Il existe une application potentielle à cette découverte (disons au moins qu’une piste est ouverte). Les images IRM montrent que les zones qui s’activent différement selon le temps de pratique recoupent celles qui sont atteintes lors de troubles de l’attention (comme l’ADHD). La pratique de la méditation apparaît comme une approche thérapeutique intéressante; et pour aller plus loin, cette pratique permettrait d’éduquer nos capacités d’attention, ce que William James considérait comme (sic.) “the education par excellence”[3] .

Notes

  1. Brefczynski-Lewis, Lutz, Schaefer, Levinson & Davidson 2007, Neural correlates of attentional expertise in long-term meditation practitioners, PNAS 104:27 pp 11483-11488 []
  2. discursive thoughts []
  3. James 1890, The Principles of Psychology - Classics of Psychiatry and Behavioral Sciences Library, Birmingham, UK []

Timothée is
| All posts by Timothée

Commenter


Sitemap