Le blog du Doc’

Sauvez une bactérie, mangez de la kanamycine.

Une journée (presque) comme les autres

Avec 6 commentaires (lu 35 fois)

Aujourd’hui étant un jour, presque particulier, presque comme les autres, je me permet de jouer le blogueur profondément égocentrique, et d’en faire profiter tout le monde… C’est mal et ca n’intéresse personne, mais si je vous dit qu’il y a un cadeau à la fin de l’article, ce qui est vrai, vous allez tous lire le billet quand même… Bienvenue dans la vie de moi!

7h05, arrivée sur un campus encore à peu près désert. La température est douce bien qu’un peu fraiche, de l’ordre de -8000°[1], avec une visibilité agréable malgré le brouillard, environ 4 mètres. Bienvenue à Versailles. Le temps de faire le tour du bâtiment pour approcher mon premier objectif du matin (the coffee machine), et je suis prêt à me mettre en route vers ma destination de la matinée, les locaux de l’IUFM. Situés, il faut le dire, au moins 150 mètres plus loin.

Le temps de traverser le vaste parc boisé, et de renverser la moitié de mon gobelet sur la manche de mon pull sorti pour l’occasion (quelle occasion? J’y viens), de constater amèrement que noir sur bleu ciel, même de nuit, ca se voit, j’avais les doigts gelés.

7h15, entrée dans le bâtiment de l’IUFM, ou plutôt non, regard désespéré devant une porte close. Passage en mode GPS, visualisation des plans de la fac, j’approcherai ma cible par les portes du côté du bâtiment des langues (situé au milieu de l’UFR de Sciences, ce qui paraît logique, quand on sait que nos salles de cours sont à 20 minutes à pied du dit UFR).

7h20, je traverse un couloir obscur, en ne m’empêchant pas d’avoir une pensée mesquine pour leurs locaux, plus pourris que les notres. Une pensée pour mes camarades amiantés de l’UPMC, aussi. J’entre dans la salle, espérant voire les posters en place (vous l’aurez compris, c’était le jour de la présentation de l’oeuvre). Rien, nada.

7h30, allumage du portable, ajout de quelques lignes à mes {notes de lecture}, poursuite de mon exploration des articles reçus hier, la vraie vie d’étudiant… Arrivée d’une mienne camarade de promotion, une liasse de feuille à la main, complètement stressée.

7h45, arrivée des premiers éléments du troupeau, première remarque désobligeante sur la couleur de ma chemise. Pas grave.

8h00, entrée du maître de conf’, on peut commencer…

9h15-9h17, pause c’est quoi cette chemise-attitude, café, recherche de binôme pour une opération destressage, elle s’est enfuie (la fourbe)

10h30, fin des hostilités… Tout va (encore a peu près) pour le mieux dans le meilleur des mondes.

11h30, ca fait bientôt un heure qu’on est sans motif aucun dans cette salle à se dire vivement lundi qu’on remette les blouses… Mais on attend quoi? ah si, on devait travailler à une présentation… Bon on s’y met…

11h45, on voit ca lundi-attitude… Je sais, c’est pas très sérieux…

12h00, faim. Arrivée à l’agence air france [pas de marques], le poster roulé sous le bras…

12h30, je peux vous renseigner?, oui bonjour, c’est pour changer des dates de billet d’avion parce que…

12h32, c’est fait, je repars direction chez moi… Fin de la journée!

Bref… Pour ceux qui veulent voir l’objet du délit, le poster qui m’a valu ce réveil matinal et cette journée (fort sympathique au deumeurant!), c’est ici (au format A0, mais ca change rien sur un ordinateur, et en anglais, sinon c’est pas drôle, mais alors pas drôle du tout).

Je me permet un PS qui n’a pas grand chose à voir pour vous parler d’un blog fort sympathique : OceKo, qui parle de mer, de poissons, de plongée, … enfin bref, j’aime! (bonjour à eux)

Et puisqu’on est dans les photos et les liens vers des choses intéressantes, quelques photos du séjour de cet été valent le coup d’oeil par ici (rubrique sélection).

Notes

[1] Kelvin, les degrés

Ecrit par Timothée

30 nov 06 à 5:34

6 réponses à la note 'Une journée (presque) comme les autres'

Fil RSS des commentaires ou TrackBack pour 'Une journée (presque) comme les autres'.

  1. Poster fort intéressant… Deux questions cependant, par simple curiosité (je ne suis pas spécialiste) :

    • quelle différence fais-tu entre infection et maladie ?
    • tu écris “lead us to (…) eosinophil reaction“ : est-ce que la réaction éosinophile dérive directement de ce qui précède (auquel cas un truc m’a échappé) ou est-ce qu’il y a des éléments supplémentaires qui permettent d’affirmer que la protection agit bien par activation de la réaction éosinophile ?

    Merci ;-)

    Enro

    1 déc 06 à 7:08

  2. Merci!

    Alors… Pour faire simple, infection c’est la présence de S haematobium dans l’organisme, mesurée par la quantité d’oeufs dans les urines, ou le titre du sérume en CAA (antigènes). La maladie, c’est l’ensemble des symptômes causés par la présence des parasites. En gros, c’est l’aspect clinique de l’infection. C’est du moins la que nous avons placé la limite…

    Plus d’infos sur la clinique
    UFL
    Brown University
    Microbiol. Syllabus

    Le deuxième point est assez intéressant. On sait que les éosinophiles sont dirigées contre les parasites,et que les éosinophiles sont activables par Th2 , comme dans les cas d’hypersensibilité. Dans le cas précis de l’infection par S haematobium, comme les auteurs le précisent, IL13 could play a unique role in skin and lung immunity against schistosomes [en rendant possible] the entry and survival of eosinophils in the skin and in the lungs. D’autres données sont disponibles, notamment sur l’activation par les IL13 de CD69 chez les éosinophiles.

    D’autres études avaient mis en évidence que l’IL13 est plus importante que l’IL4 pour déclencher la réponse Th2 en présence d’Ag solubles, comme le sont les CAA. Tout ca (plus d’autres choses, comme la stimulation de la sécrétion de mucus par les goblet cells) est en faveur d’un rôle important de l’IL13 dans la protection contre l’infection.

    En contrepartie, et par manque de temps et besoin d’être synthétique dans le poster, nous n’en avons pas parlé, IL13 a deux autres capacités intéressantes.

    • elle ne protège que contre la maladie, et aggrave les symptôme, en mettant l’organisme en position d’hypersensibilité
    • par son action sur Th2, elle entraine une susceptibilité à l’asthme plus importante

    Le rôle de l’IL13 tel que décrit pas les auteurs est donc

    • une molécule agissant contre l’infection, en diminuant la charge en oeufs dans différents tissus
    • mais un facteur potentiellement aggravant par rapport aux symptômes

    Le Doc'

    1 déc 06 à 10:33

  3. Petit détail sur un point de compréhension de texte… La réaction éosinophile ne dérive pas directement de ce qui précède, mais comme le raisonnement se fait en passant d’une expérience à l’autre, la dernière flèche concerne tout ce qui avait été dit avant.

    Le Doc'

    1 déc 06 à 10:37

  4. Très bien, merci pour tes réponses complètes. La susceptibilité accrue à l’asthme me fait penser à l’histoire fameuse de la drépanocytose associée à une résistance au paludisme, évidemment sélectionnée dans les pays touchés. Le revers de la médaille…

    Enro

    1 déc 06 à 11:32

  5. bienvenue sur le café des sciences Doc !

    Matthieu

    1 déc 06 à 2:33

  6. Merci pour le PS ;-)

    SilC -OceKo-

    8 déc 06 à 5:02

Laisser un commentaire

Sitemap