image

Derniers billets

Flux RSS

A lire

Associations

Flaneries

J'y suis aussi

Ressources en ligne

Delphinariums : Another Inconvenient Truth ?

Timothée — 17 November 2006

En créant Marineland, j’ai voulu sensibiliser l’opinion, disait le Conte Roland de la Poype, fondateur du Marineland d’Antibes. Il semble en revanche que son service communication n’a pas intégré la consigne… Pourquoi refuser de donner suite à un message, écrit par quelqu’un qui ne demande qu’à être sensibilisé?

Laissez moi vous expliquer. Je ne sais plus ou j’en suis. D’un côté, on m’annonce qu’un cétacé en captivité vit plus longtemps, parce qu’il est à l’abri de ses prédateurs[1] et surveillé par des vétérinaires. De l’autre, on me parle de chiffres assez saisissants. Au moins 50% des dauphins meurent au cours de leur première année de captivité[2]. Continuons dans les chiffres avant de passer à des considérations autres : l’espérance de vie moyenne du grand dauphin (Tursiops truncatus) est de 35 à 45 ans en liberté, la ou elle peine à atteindre 20 ans en captivité.

Je suis curieux, et c’est un défaut qui ne plait pas à tout le monde. J’ai donc décidé de contacter des responsables de deux marineland[3] pour discuter de ces chiffres avec eux. Dans un cas, après une relance ou deux, j’ai obtenu une réponse très polie :

Nous avons bien pris connaissance de votre mail. Nous transmettons votre demande au service concerné qui ne manquera pas de vous répondre.

Quelques relances plus tard, le service concerné ne m’avait toujours pas répondu.

Dans l’autre cas, après un bon nombre de mails, pas même une réponse. Dommage. C’est le genre de comportement que je classe dans la catégorie je ne dis rien parce que je n’ai pas envie de m’étendre sur un sujet gênant.

Je ne désespère pas d’obtenir éventuellement une réponse, mais je n’y compte pas trop. Au lieu d’attendre béatement, j’ai donc dégainé mes armes : PubMed et Google Scholar. De manière évidente, mes deux meilleurs amis du moment ont été beaucoup plus loquaces que le service de communication des MarineLands. J’ai parcouru quelques études intéressantes, et après avoir fait le tri, j’avais déja une meilleure idée du sujet.

Pour commencer, on m’apprend que le comportement de vocalisation des dauphins diffère en captivité. Les mères et les tantes ont des vocalisations agressives envers les enfants, pour les garder à côté d’elles (ce qui ne se fait pas en milieu naturel)[4]. Je me pose une question toute simple : quel besoin à une mère d’être agressive à l’égard de sa descendance qui s’éloigne, dans un bassin de 40 mètres de long, alors qu’en milieu sauvage ces animaux parcourent sans problème jusqu’à 100 kilomètres par jour, en plongeant parfois jusqu’à 200 mètres?

Concernant la santé des animaux, j’ai aussi appris deux ou trois choses, loin d’être inintéressantes. Tout d’abord, on a retrouvé des grands dauphins nés en captivité frappés de mortalité périnatale, suite a un troublé métabolique associé à des lésions de la glande thyroïde[5]. Je n’ai pas trouvé de publications qui parlaient de ce genre de symptômes chez des individus libres.

Les delphinariums nous disent que les dauphins vivent mieux et plus longtemps, puisque sous surveillance médicale. Que penser alors du rapport émis par Frank Dhermain, qui mentionne l’infection bactériologique comme première cause de mortalité en captivité[6]? Comment expliquer alors que Candida albicans, Trichophyton sp., ou encore Rhizopusmycosis, anecdotiques en milieu naturel, soient retrouvées spécifiquement en captivité[7]?

Voila des questions que je me pose… Mais ce ne sont pas les seules…

Comment prétendre qu’un animal qui dispose d’un espace illimité puisse vivre aussi bien, voire mieux, dans une espace clos et peu profond, en étant soumis à un stress permanent?

Comment expliquer qu’un animal vivant en groupes avec une structure sociale forte soit bien dans sa peau dans un bassin fermé, avec peu de ses semblables?

A t’il envie de se reproduire? Le fait-il vraiment?

Et puis, peut-être la plus importante, comment un animal qui sonde en permanence son environnement ne devient-il pas fou, alors que ses échos se répercutent partout autour de lui?

Voila quelques questions, simples, vous en conviendrez, auxquelles on refuse de me répondre…

Serait-ce parce qu’on craint la réponse?

Notes

[1] admettons…

[2] D’après un rapport de PETA en 2001

[3] Celui du Parc Asterix, plus grand d’Europe, et celui d’Antibes

[4] Brenda McCowan & Diana Reiss, Zoo Biology, Vol14:4;293-309 (Lien)

[5] Michael M. Garner et al., Journal of Zoo and Wildlife Medicine, Vol33:4;350-355 (lien)

[6] Frak Dhermain et al., Natural mortality factors affecting cetaceans in the Mediterranean Sea. In: G. Notarbartolo di Sciara (Ed.), Cetaceans of the Mediterranean and Black Seas: state of knowledge and conservation strategies. A report to t he ACCOBAMS Secretariat, Monaco, February 2002. Section 15, 14 p. (lien)

[7] rapporté par Siebert et al. dès 1998


|

3 réactions à “Delphinariums : Another Inconvenient Truth ?”

  1. Globiorca nous a dit:
    17 November 2006 à 1:54 pm

    Hello !

    Moi c’est Ludivine, membre de Réseau Cétacés et amie des dauphin ;) J’ai vu tes posts sur le forum, et c’est ce qui m’amène ici.

    Bon article, bien renseigné et objectif. On reproche souvent aux anti captivité de ne pas l’être et d’avancer des arguments sans fondements. Ton article tord le cou à ces idées reçues.

    Euh, simplement au passage, tu risques de les attendre longtemps, les réponses de Marineland ! Eux et la com’, ce n’est pas franchement une histoire d’amour… Ou alors, tout dépend de l’info à communiquer… Etrangement, les naissance sont plus médiatisées que des mort nés ou même les décès qui se multiplie depuis l’ouverture d’une petting pool… Mais c’est une autre histoire ça !

    Pour ce qui est de la reproduction des cétacés en captivité, il y a de nombreuses naissances par insémination artificielle. Cela permet d’éviter la consanguinité, et un échantillon de sperme est plus facilement transportable d’un parc à l’autre qu’une orque de 5 tonnes !! J’avais lu un rapport intéressant là dessus, mais pas moyen de remettre la main dessus, grrrr !! Donc comme signe d’adaptation à un nouveau milieu, faut trouver mieux !

    Pour finir, je ne sais pas si tu connais ce site www.dauphinlibre.be mais il contient de nombreuses infos et de nombreux liens à propos de la captivité et de sa réalité.

    A bientôt !

    Ludivine

  2. Le Doc' nous a dit:
    17 November 2006 à 5:18 pm

    Il serait intéressant d’avoir les chiffres malgré tout, ca pourrait aider à avancer vers une prise de conscience…

    Je suis sur qu’en demandant gentiment ils finiront par les donner…

    En ce qui concerne la consanguinité… ils le font très bien tous seuls en mer!

  3. DHERMAIN Frank nous a dit:
    27 August 2007 à 4:09 pm

    Hello,
    C'est juste pour vous dire que je venais de tomber sur votre blog et ses pertinentes interrogations. Pour info, je ne suis pas spécialiste des dauphins en captivité, les établissements précités évitant de recruter des vétérinaires locaux, allez savoir pourquoi ! (d'ailleurs, Marineland nouvelle direction recrute actuellement -jusqu'ici un véto se déplace d'Angleterre-, et il est précisé dans le descriptif que le postulant doit parler anglais et s'engager à apprendre le français !). Je coordonne le suivi scientifique des cétacés échoués en Méditerranée française, et l'article pour Accobams est une synthèse bibliographique et un compte-rendu de l'expérience de terrain sur les échouages d'animaux sauvages… et libres !CordialementDr Frank Dhermain

Réagir

XHTML: Vous pouvez utiliser: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <code> <em> <i> <strike> <strong>


Sitemap