Saumon des mers et saumon des piscines

Posté par Timothée le 18 October 2006 |

PNAS a publié dans la semaine un article (publié en ligne avant l’impression) qui, s’il avait été porté à la connaissance du grand public, aurait probablement été sujet à polémique. Cet article, publié par une équipe américaine (Universités de l’Alberta, d’Hawaï, du Wisconsin, et du Canada), traite de l’incidence des saumons d’élevage sur les épidémies des saumons sauvages.

스포츠토토

L’association entre l’élevage des poissons et l’apparition spontanée de maladies dans les populations sauvages est une question irrésolue particulièrement sujette à controverse, parmi les menaces de l’aquaculture sur l’écosystème côtier, peut-on y lire. Ce que les scientifiques ont réussi à mettre en évidence (par un travail d’analyse statistique très largement détaillé), est que les saumons d’élevage facilitent l’accès d’un parasite (Lepeophtheirus salmonis) à l’hôte juvénile sauvage. D’autre part, ce parasite, s’étant développé dans des hôtes d’élevage, induit une mortalité pouvant atteindre 95% chez ses hôtes sauvages.

Les chercheurs ont mis en évidence que ces infections avaient principalement lieu pendant les 80 premiers kilomètres de la route migratoire, une période correspondant à environ 2 mois et demi. Si ces parasites infectent les jeunes sauvages, “naïfs” face a ce nouvel agresseur, il y a fort à parier que la population sera menacée à court terme. D’autant qu’on a assisté ces dernières années à une augmentation de la pratique de la pisciculture.

Bien que ce genre de considération ne soit pas nouveau (voire Jones, 2006, McGinnity ”et al.”, 2003), il apparait urgent de trouver des mesures pour empêcher une déstabilisation de la population de saumons. En effet, ils jouent un rôle important dans les écosystèmes qu’ils traversent en période migratoire (Mathewson et al., 2003), et la diminution de leur nombre aurait des conséquences qu’il est difficile de prévoir. A ce problème, il n’y a pas beaucoup de solutions à apporter : il faut diminuer la part de saumons d’élevages qui arrivent à s’échapper des cages.

D’un point de vue beaucoup plus général, il serait temps de s’intéresser à l’impact réel, à long terme, des “fermes marines” sur l’écosystème environnant. En effet, les conditions d’élevage font qu’un grand nombre de poisson parviennent à s’échapper, entrainant avec eux dans leur nouveau milieu les maladies que l’insalubrité des eaux dans lesquelles ils marinent leur a conféré. En effet, les poissons sont entassés les uns sur les autres, nourris avec des farines de poissons, et soumis à un taux de mortalité important. A quand une analyse en profondeur du sujet ?

Martin Krkosek, Mark A. Lewis, Alexandra Morton, L. Neil Frazer, and John P. Volpe
Epizootics of wild fish induced by farm fish
PNAS | October 17, 2006 | vol. 103 | no. 42 | 15506-15510

Un lien direct est fourni dans la partie “téléchargement”, catégorie “articles” du blog


Billets similaires

2 réponses pour le moment

2 réponses à “Saumon des mers et saumon des piscines”

  1. Saumon des rivières et saumon des piscines

    Retrouvez cet article et ses commentaires sur AgoraVox

    23 Oct 2006 à 9:43 am

  2. [...] (je n’ai pas parlé, notamment, des impacts de l’aquaculture, mais je vous renvoie a un vieux billet sur le sujet, alors que ça m’intéresse particulièrement) est devenu [...]

    18 Oct 2007 à 12:19 pm

Trackback URI | Comments RSS

Commentez !

Sitemap